Nettoyage des oreilles( version PDF Télécharger le PDF )

Figure 4

Figure 4 : mimikakis

Le nettoyage des oreilles fait partie de principes ancestraux en lien avec l’hygiène corporelle. En fait, le conduit auditif externe n’a pas besoin d’être nettoyé régulièrement car il possède son propre système de nettoyage. Le cérumen se déplace spontanément et lentement vers la conque où il va pouvoir être nettoyé sans danger. Le nettoyage régulier du cérumen ne doit se faire qu’au niveau de l’entrée du conduit auditif externe et non dans celui-ci. Un nettoyage d’oreille devient nécessaire seulement en présence d’un bouchon obstructif. De très nombreuses méthodes ont été décrites au cours des siècles et sont encore pratiquées actuellement. Même si un nettoyage d’oreille est souvent considéré comme un geste facile et sans risque, il peut être difficile et entraîner des blessures parfois non négligeables comme une lacération de la peau du conduit auditif externe voire une perforation du tympan. C’est un geste qui doit se pratiquer dans le calme et sans oublier de rassurer le patient car celui-ci est souvent très craintif quand on touche à ses oreilles. Lorsqu’on parle de nettoyage d’oreille, il faut différencier l’auto-nettoyage, le nettoyage par une autre personne et celui fait par un médecin. De plus, on peut encore différencier le nettoyage à l’aide de petits instruments spécialement conçus à cet effet ou à l’aide de produits céruminolytiques, qui ont la propriété de dissoudre le cérumen pour qu’il s’écoule plus facilement vers l’extérieur. L’auto-nettoyage est un geste fortement déconseillé car il comporte de nombreux risques et dangers que l’individu ne soupçonne même pas. Sans voir ce que l’on fait, il est impossible de contrôler ses gestes lors du nettoyage de l’oreille avec un petit instrument. C’est un leurre de croire que l’on maîtrise exactement la profondeur à laquelle on enfonce ce dernier dans l’oreille.

Figure 5

Figure 5 : matériel de spécialiste pour nettoyer les oreilles

Cotons-tiges, Q-tips ou autres instruments similaires, sont inutiles car ils vont pousser le cérumen plus en profondeur dans le conduit auditif et rendre son nettoyage spontané et autonome beaucoup plus long. Suite à l’utilisation du coton-tige, le cérumen va former un bouchon par accumulation, parfois jusqu’au niveau du tympan. On peut dire ironiquement que le coton-tige est le meilleur ami de l’ORL ! C’est un instrument à bannir de la pharmacie familiale s’il est utilisé pour l’auto-nettoyage des oreilles. De même, tous les instruments de type trombone, clé, bout de crayon, épingle de nourrice, épingle à cheveux, allumette, cure-dent, clou ou autres sont à éviter car non seulement ils sont dangereux mais encore ils peuvent induire de l’eczéma de contact car certains d’entre eux contiennent du nickel. Le nettoyage des oreilles à l’aide d’un instrument doit être fait par une tierce personne qui regarde ce qu’elle est en train de faire dans le conduit auditif externe. Dans les pays orientaux comme l’Inde ou le Japon, de nombreuses personnes pratiquent ces nettoyages soit dans la rue, soit dans des salons spécialement aménagés à cet effet. Ils sont aussi souvent pratiqués par les mamans qui nettoient les oreilles de leurs enfants. Les meilleurs instruments pour ce genre de nettoyage sont de petits instruments, le plus souvent en forme de petite cuillère, appelés mimikakis au Japon (figure 4). Dans les pays occidentaux, le nettoyage d’oreille est considéré comme un geste médical. Il ne devrait donc être accompli que par des médecins, quelle que soit la méthode utilisée. Pour ce faire, on utilise des instruments spécifiques comme des petits crochets, des petites curettes, des petites pinces ou des systèmes d’aspiration spécialement adaptés au conduit auditif externe (figure 5). Tous les gestes sont effectués sous contrôle direct de la vision[i] et permettent un nettoyage sécurisé. Certaines solutions céruminolytiques sont vendues dans les drogueries ou les pharmacies. Leur efficacité est fortement discutée dans la littérature. Pour la plupart, ces solutions sont même complètement inefficaces en présence d’un “vrai” bouchon de cire. Les produits les plus utiles semblent être l’eau tiède, le bicarbonate de soude à 10% et l’eau oxygénée diluée à 3%. Ces substances ne doivent être utilisées que si l’on est sûr de l’intégrité de la peau du conduit auditif externe et du tympan. En cas de pathologie de l’oreille ils sont à proscrire car ils peuvent l’aggraver. Les rinçages ou les lavages des oreilles avec une seringue ne peuvent donc être effectués que si l’oreille est normale. Ces lavages devraient être suivis d’un séchage à l’aide d’un sèche-cheveux pour éviter d’augmenter l’humidité dans le conduit et donc la production de cérumen. On doit se contenter d’éliminer le cérumen qui sort spontanément du conduit auditif externe et non “aller le chercher” dans le conduit.


[i] Pour ce faire, l’ORL utilise un microscope.

Dernière modification 01.09.2015