L’oreille interne( version PDF Télécharger le PDF )

Figure 12

Figure 12 : moulage de l'oreille interne

L’oreille interne présente une structure anatomique très complexe[i]. Appelée aussi labyrinthe, elle est située dans le rocher et se compose de plusieurs parties principales : la cochlée, le vestibule avec l’utricule et le saccule, les trois canaux semi-circulaires (figure 12), les deux aqueducs et le nerf auditif, composé du nerf cochléaire et des deux nerfs vestibulaires. L’oreille interne communique avec l’intérieur du crâne par le conduit auditif interne. Elle est constituée de deux parties structurelles : une partie osseuse “dure” de protection, appelée le labyrinthe osseux et une partie “molle”, sensorielle, appelée le labyrinthe membraneux. Le labyrinthe osseux, ou capsule otique, constitue une coque d’os compact autour du labyrinthe membraneux duquel il est séparé par des espaces dits périlymphatiques contenant un liquide appelé la périlymphe. Le labyrinthe membraneux est l’ensemble des cavités à paroi conjonctivo-épithéliale qui supporte les éléments sensoriels de l’oreille interne, remplis eux d’un autre liquide appelé l’endolymphe. Toutes les structures de l’oreille interne ont ainsi une partie osseuse et une partie membraneuse. Cette différenciation n’est pas faite dans leur description spécifique.

Figure 13

Figure 13 : coupe à travers la cochlée

La cochlée[ii], aussi communément appelée le limaçon, est l’organe de l’audition. Elle constitue le labyrinthe antérieur. Elle a la forme d’une coquille d’escargot et possède deux spires et demie. Le noyau central de la cochlée s’appelle le modiolus. L’intérieur de la spire est un tuyau se divisant en trois tubes : le canal cochléaire qui contient l’organe de Corti[iii] et de l’endolymphe, la rampe vestibulaire en dessus et la rampe tympanique au-dessous (figure 13). Ces deux rampes contiennent de la périlymphe. Une lame osseuse, la lame spirale, sépare une grande partie de ces deux rampes au milieu du tuyau. La rampe vestibulaire est séparée du canal cochléaire par la membrane de Reissner. L’organe de Corti a une structure très complexe. Il repose sur la membrane basilaire et contient les structures sensorielles de l’audition : les cellules ciliées externes et internes. Les cellules ciliées externes[iv] – environ 12 000 – forment trois rangées et les cellules ciliées internes – environ 3 500 – une seule rangée. Elles possèdent des structures fileuses à leur surface, les stéréocils. Ces cellules sont entourées par différents types de cellules de soutien.

Le vestibule est la partie médiane de l’organe de l’équilibre. C’est la partie centrale du labyrinthe, intercalée entre le conduit auditif interne et la caisse du tympan. Il relie les trois canaux semi-circulaires à la cochlée. Il se compose notamment de l’utricule et du saccule d’où partent deux canaux qui se réunissent pour former le canal endolymphatique qui chemine dans l’aqueduc du vestibule. Le canal endolymphatique

diapositive18

se termine en cul-de-sac appelé le sac endolymphatique. L’utricule et le saccule contiennent des structures sensorielles dans des zones appelées macules. Les macules sont situées dans deux plans perpendiculaires l’un à l’autre. Quatre mille cellules ciliées vestibulaires sont contenues dans ces macules. Les stéréocils de ces cellules sont plantés dans une substance gélatineuse, la membrane otolithique, sur laquelle repose des petits cristaux, les otolithes ou otoconies.

Schéma: L’oreille interne

Les canaux semi-circulaires sont au nombre de trois. Ils constituent des tubes creux en forme de boucle incomplète dans les trois plans de l’espace. Ils sont ouverts dans le vestibule par leurs deux extrémités, dont une est dilatée pour contenir la structure sensorielle de l’équilibre, appelée ampoule. Ils portent le nom de canal latéral, canal supérieur et canal postérieur[v]. Le canal semi-circulaire supérieur peut faire saillie dans le crâne et le canal semi-circulaire latéral est parallèle au deuxième segment du nerf facial. Les canaux supérieur et postérieur ont une courte partie commune, le canal commun. Il existe de nombreuses variations individuelles. Les ampoules des canaux semi-circulaires contiennent environ 23 000 cellules ciliées vestibulaires. Les stéréocils de ces cellules se plantent dans une masse gélatineuse, la cupule, qui flotte à leur surface dans l’endolymphe.

L’oreille interne contient deux sortes de liquides qui se différencient par leur composition chimique : la périlymphe qui schématiquement entoure les enveloppes des structures sensitives dans l’espace dit périlymphatique et l’endolymphe contenue autour et à l’intérieur de ces structures dans l’espace dit endolymphatique. L’espace endolymphatique communique avec la base du crâne par l’aqueduc du vestibule. Il contient le canal endolymphatique et se termine au niveau du sac endolymphatique. La rampe tympanique communique aussi avec la base du crâne par l’aqueduc cochléaire qui contient lui de la périlymphe.

Le conduit auditif interne est localisé en profondeur des canaux semi-circulaires et contient le nerf facial[vi] et le nerf auditif[vii] séparés en quatre branches : le premier segment du nerf facial, le nerf cochléaire et les deux nerfs vestibulaires inférieur et supérieur. Les trois derniers forment le nerf auditif.


[i] http://www.univ-brest.fr/S_Commun/Biblio/ANATOMIE/Web_anat/Tete_Cou/Oreille/Oreille_interne.jpg

[ii] Nom donné en fonction de sa ressemblance à une coquille.

[iii] C’est la structure sensorielle de l’audition.

[iv] Ce sont les premières cellules qui sont lésées en cas de surdité touchant l’oreille interne.

[v] La nomenclature anglo-saxonne parle parfois de canal horizontal (latéral), vertical (supérieur) et postérieur.

[vi] Les nerfs sortant du crâne portent tous un numéro. Le nerf facial porte le numéro VII.

[vii] Porte le numéro VIII. Les nerf VII et VIII ont été longtemps considérés comme la cinquième paire des nerfs crâniens.

Articles liés